Mon chemin de dentelle Lambroquins

Publié le par Jacqueline Peter

Mon chemin de dentelle Lambroquins

Au retour d'un de mes voyages à la Réunion j’ai rapporté en souvenir des dentelles pas comme les autres !

Sur l’Ile Bourbon, chacun est familier des « dentelles la Case » ou « lambroquins »

On trouve aussi ces éléments en Bretagne, en Ile de France et dans bien d’autres régions puisque j’en ai vu à Auxerre!.

Il nous faut surtout considérer la mer comme vecteur décisif d’importation. Le lambroquin est connu du marin, puisqu’il borde la bâche et plus tard le toit, qui protège le nid de poule où le timonier tient la roue du gouvernail .Cet endroit s’appelle parfois « la varangue » (mot d’origine scandinave)

On dit même que la plupart des premiers Lambroquins posés à la Réunion furent réalisés par des marins pendant leur quart de repos.

Ces dentelles de bois, outre leur fonction décorative, remplissent un rôle utilitaire en protégeant la case des eaux de ruissellement s’écoulant sur le toit.

Mon chemin de dentelle Lambroquins

"Les dentelles la Case" obéissent à des principes de composition, comme toute décoration classique, mais au-delà de ceux -ci des formes symboliques.

Les motifs répétitifs qui forment la frise, sont souvent d'inspiration végétale:

Orchidée, fleur de grenadier, feuille de vigne...

La feuille et la fleur deviennent dentelle ou Lambroquin, broderie ou sculpture, puis à son tour, le soleil renvoie l’image à l’image et c’est à vous d’imaginer…

Il est toujours surprenant et amusant de constater, que croiser et tourner quelques fuseaux au bout de quelques fils, peut conduire à une telle variété d'expressions!

Voici donc ce que j'ai imaginé avec la feuille de vigne. Ce fut ma première expérience en dessin, pour une dentelle à fil continu!

Mon chemin de dentelle LambroquinsMon chemin de dentelle LambroquinsMon chemin de dentelle Lambroquins
Mon chemin de dentelle Lambroquins

Mes séjours sur l’île, m'ont permis de visiter l'atelier de Cilaos, où des réunionnaises, ne travaillent pas à proprement parlé de la dentelle, puisqu'elles pratiquent sur un tissu.(La dentelle étant un textile indépendant )

Mais leurs ouvrages de jours à fils tirés sont d'une grande finesse.

Malheureusement la relève ne semble pas assurée. Les jeunes filles ne sont guère attirées pour ce travail de grande maîtrise et si mal payé!

Il y a eu un échange de savoir avec des dentellières du Puy en Velay . Quelques ouvrages de dentelle sont exposés dans leurs vitrines.

Commenter cet article

Sandrine 14/03/2014 15:58

Très intéressant ton article maman! Tu en sais plus que moi sur l'histoire des "Lambrequins"!
Quel magnifique travail de dentelle!
Par contre je crois que l'on dit "Lambrequin" et non "Lambroquin"?
Bravo il est vraiment passionnant ton blog!!

jacqueline 14/03/2014 17:59

merci Sandrinette mais c'est bien...... "Lambroquin"!

jacqueline 13/03/2014 11:39

Pas encore fait le carton,il y a autre chose de ce moment un jour viendra!
Bravo pour ton blog

maryse 12/03/2014 14:20

c'etait dans mes projets de faire ton carton mais il ya tant de choses a faire en dentelle ...
bravo ton blog prend forme
maryse

jacqueline 13/03/2014 08:30

Je savais que tu avais aimé ce dessin...alors peut être un jour viendra!

Jossetje 11/03/2014 09:12

Si j'avais eu connaissance de toutes ces infos, j'ai eu grand plaisir à les retrouver sur ton blog.
Belles illustrations et beau commentaire!

jacqueline 16/03/2014 19:20

C'est vraiment très gentil de t’intéresser à mes articles!